La récupération du cheval après l’effort

La récupération du cheval après l’effort

mars 4, 2020 0 By Charlotte Gudin

Après avoir mieux compris la fréquence cardiaque du cheval, nous allons à présent nous intéresser à sa récupération après un effort. 

Faire récupérer son cheval est primordial, mais pourquoi faire ça ? 

Nous allons tout vous expliquer, mais pour mieux comprendre, commençons par le commencement !

Le cheval pendant l'effort.

Pour faire un exercice et fonctionner correctement, les muscles du cheval ont besoin d’énergie (et oui, comme nous). Cette énergie c’est l’ATP (ou l’Adénosine Tri Phosphate).

L'ATP est une molécule capable de fournir de l'énergie aux muscles.

Or, grâce à un ensemble de réactions chimiques, l’organisme dispose de deux moyens pour fabriquer cette énergie.

Pour les différencier c’est très simple. Soit le corps utilise de l’oxygène apporté par la respiration, soit il ne l’utilise pas et il stocke des déchets (ce qui donnera, notamment, des courbatures). Le cheval va récupérer différemment selon le métabolisme utilisé. 

Au cours de l’exercice, le fonctionnement du métabolisme va s’adapter afin de permettre à l’organisme d’accomplir et de poursuivre l’effort demandé.

Le métabolisme anaérobie

Il est composé de deux variantes : 

Le métabolisme anaérobie alactique:

Il concerne les efforts brefs mais intenses (comme pour le sprint). Ce métabolisme n’utilise pas d’oxygène mais crée des déchets : la créatine et le phosphate qui seront utilisés pour régénérer le stock d’énergie.

 Ce métabolisme intervient dès le début de l’exercice et fonctionne sans apport en oxygène. Cette phase est très courte, car les stocks utilisés sont très faibles, mais permet un fort apport en énergie.

Au bout d’un moment, les stocks d’énergie s’épuisent. Le métabolisme anaérobie lactique prend alors le relai.

La phase d’anaérobie alactique permet l’apparition d’une forte puissance pendant un temps très court.

Le métabolisme anaérobie lactique:

Dans cette phase, la puissance libérée est moins forte mais a une capacité de temps plus importante. Le corps va principalement utiliser des glucides. Il va fabriquer de l’ATP pour donner de l’énergie aux muscles, mais va également produire d’importants déchets : le lactate.  

Le métabolisme anaérobie lactique n’utilise pas d’oxygène mais produit des déchets importants : le lactate.

Une partie du lactate produit va être recyclée jusqu’à devenir dominant. C’est à ce moment-là que le métabolisme aérobie va prendre le dessus.

On ne dit pas acide lactique mais lactate ! Parler d’acide lactique est un abus de langage !

Le métabolisme aérobie:

Cette phase se met en place lorsque l’effort est long et moins intense. Le corps va utiliser l’oxygène procuré par la respiration, et va produire des déchets : de l’O2 et CO2 (C’est à ce moment-là que votre cheval transpire). Il va utiliser le lactate présent pour refabriquer de l’énergie. 

Le lactate va être utilisé pour devenir de l'énergie
Le métabolisme aérobie utilise une partie du lactate produit pour fabriquer de l’énergie.

En phase aérobie, le corps va produire de l’énergie de manière lente mais régulière. Elle permet aux muscles de faire des efforts longs mais pas à leur puissance maximale.

Il permet aux muscles d’effectuer des exercices sur la longue durée.

Le cheval après l'effort.

Pourquoi faire récupérer son cheval ?

La récupération rapide est bénéfique pour le cheval. Elle l’aide à retrouver une fréquence cardiaque basse plus rapidement et permet d’utiliser des déchets comme le lactate. 

Le lactate endommage les tissus musculaires, c’est pour cela qu’il occasionne des courbatures.

Bien qu’une partie du lactate soit utilisée pendant l’effort pour créer de l’énergie, une certaine quantité reste au sein des tissus. Pour limiter au maximum les risques de courbatures, la récupération rapide permet d’éliminer le reste de déchets présents. Elle sera essentielle pour assurer le bien-être de votre cheval, mais également sa performance.

La récupération après l’effort est un moyen d’éliminer les toxines et donc de limiter les risques de courbatures et de myosites.

Vous l’aurez donc compris, si votre cheval ne récupère pas il risque d’être fatigué et d’avoir des courbatures !

La myosite est une inflammation des tissus musculaires

Comment faire une bonne récupération ?

Ou plus simplement, quand est-ce que je peux rentrer sereinement mon cheval au box ? 

Mieux comprendre la récupération active/passive et la récupération rapide/lente

La récupération active

La récupération rapide
La récupération active

Après un exercice, il est important que le cheval effectue une récupération active. Elle permet faire redescendre la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire et la température du cheval et d’éliminer les toxines accumulées pendant l’exercice. C’est surtout important quand le cheval fait un effort en anaérobie et qu’il a puisé dans les stocks. Il faut ré-oxygéner!

Dès que l’exercice est terminé, le cheval passe en phase de récupération rapide. Il faut le faire trotter rênes longues pendant quelques minutes selon l’effort qu’il a fourni. L’objectif est d’assurer au cheval un meilleur bien-être et de meilleures performances. 

Juste après un effort intense, n’hésitez pas à effectuer une récupération active en trottant jusqu’à ce que le cheval respire moins fort et commence à sécher. 

Comment fonctionne la récupération rapide ?

          Si votre cheval effectuait un exercice long : la fréquence cardiaque va redescendre immédiatement.

          S’il effectuait un exercice court mais très intense : il faut regarder si la fréquence cardiaque diminue progressivement. Si c’est le cas, alors l’exercice était adapté pour votre cheval. Si la fréquence cardiaque ne diminue pas, cela signifie que l’exercice était trop dur et qu’il a eu du mal. 

Courbe sur la récupération
Pourquoi la récupération active doit se faire au trot?

Généralement, la récupération active s’effectue au petit trot. Cette allure permet au cheval de recycler plus facilement son énergie sans en dépenser davantage. Si on fait passer le cheval d’un effort intense à une phase d’inactivité sans étape intermédiaire, alors il aura plus de mal à récupérer son souffle et à éliminer les toxines présentes dans les muscles. Il vaut donc mieux repasser au trot puis progressivement au pas.

Fréquence cardiaque et fréquence respiratoire sont différentes
Et si mon cheval veut repasser au pas ?

La récupération active n’est pas censée faire dépenser de l’énergie au cheval. C’est pour cela qu’il faut rester dans un petit trot et ne pas pousser sur un trot moyen. 

Si votre cheval désire repasser au pas pendant cet exercice, il faudra insister pour le garder dans ce trot de récupération (c’est pour son bien !). 

S’il tombe réellement dans le pas et qu’il ne veut plus passer au trot, cela peut signifier que votre entraînement a été trop intense pour votre cheval et a trop puisé dans ses ressources. Dans ce cas, il faut être très vigilant sur la récupération de votre cheval et réadapter vos séances.

Comment faire pour que la récupération active soit efficace ?
  • La récupération active est nécessaire lorsque votre cheval effectue un effort intense.
  • La récupération doit être faite immédiatement après l'effort.
  • Elle doit être effectuée au trot, puis au pas.
  • Elle doit être effectué à la vitesse choisie par le cheval. Il doit trotter rênes longues, à son rythme et dans l'attitude qu'il a choisi.
  • Le temps de récupération ne doit pas excéder 5 minutes.
La récupération lente

C’est le moment où la fréquence cardiaque diminue le moins vite. Lors de cette phase, la fréquence cardiaque doit progressivement redescendre pour revenir à celle du début d’exercice. Plus elle est en est proche, plus le cheval aura récupéré et moins il y aura de déchets, donc moins de courbatures.

Qu'est-ce que le temps de récupération?

C’est le temps pris pour que la fréquence cardiaque redescende durant la récupération rapide. 

          Si le temps de récupération excède 5 minutes, il est conseillé de surveiller l’état de votre cheval et de potentiellement faire quelques examens (palpations, ostéopathe, vétérinaire …)

          Si le temps de récupération est lent, cela peut signifier que l’exercice était trop dur pour votre cheval et qu’il a entraîné de la fatigue. La fréquence cardiaque est un indicateur permettant de jauger l’état de santé de votre cheval. Si l’exercice est adapté et que le temps de récupération est lent, cela peut traduire une gêne ou une pathologie.

Combien de temps doit durer la récupération de mon cheval ?

Nous le savons bien, chaque cheval est différent. La récupération dépend du cheval mais également du type d’exercice auquel il est soumis.

Par exemple pour le cross : 

  • 5 minutes pour les niveaux départementaux, 
  • 7 minutes pour les niveaux régionaux, 
  • 10 minutes pour les niveaux internationaux et plus.

Pour le CSO, une récupération active de 3 minutes est suffisante car c’est une épreuve plus courte. Elle est réduite selon le type d’épreuve que votre cheval a fait. 

Il est donc pertinent d’utiliser des outils capables de nous aider dans cette démarche de récupération du cheval. Grâce à la iPULSE vous pouvez voir la vitesse de récupération de votre cheval, une aide précieuse.

Vous pouvez vous habituer à effectuer des récupérations actives en fin de séance pour permettre à l’organisme de votre cheval de bénéficier du travail effectué sans en souffrir post effort (courbatures, transpiration …)

Dépasser le temps de récupération nécessaire à votre cheval est inutile

La récupération passive: les soins

La récupération passive ne sollicite pas le métabolisme du cheval pour permettre la récupération. Ici, il ne fait rien, c’est à vous que revient le travail !

Pour permettre à votre cheval de récupérer dans les meilleures conditions, vous pouvez donc lui procurer certains soins après l’effort. 

La douche

A la suite d’un effort important, et si le temps le permet, n’hésitez pas à doucher les membres de votre cheval. Cela permet de masser ses tendons et donc de favoriser la circulation sanguine et d’éviter un engorgement.

Pour avoir le bon geste : Mettez une pression dans le jet d’eau et faites des mouvements de bas en haut sur le tendon. 

Si le temps le permet, vous pouvez doucher votre cheval en intégralité. Cependant, il ne faut pas oublier de doucher les reins et le ventre en dernier et de faire attention à la tête de votre cheval car certains n’aiment pas que l’on s’en approche ! Après la douche, n’hésitez pas à bien le sécher pour, d’une part qu’il n’ait pas froid, et d’autre part, éviter les crevasses.

Les bandes de repos

Après un gros effort, vous pouvez mettre des bandes de repos à votre cheval. Elles doivent toujours être posées sur des cotons ou des flanelles. Il faut veiller à ce qu’il n’y ait aucun pli, que ce soit au niveau de la flanelle ou de la bande pendant la pose. Vous devez les poser avec une tension légère et régulière pour éviter l’engorgement du membre. Vous pouvez également humidifier le coton ou les flanelles ou encore mettre du gel rafraîchissant sur le membre de votre cheval. Cela permet de favoriser la circulation sanguine et d’éviter un gonflement du membre. 

L'argile

Si vous ne mettez pas de bande de repos, vous pouvez poser de l’argile sur les tendons de votre cheval. Ce produit a des propriétés drainantes et désengorgeantes.

Nous vous conseillons dans un premier temps, d’appliquer une couche épaisse à rebrousse-poil pour atteindre la peau, puis d’effectuer des gestes de bas en haut.

Une fois sec, l'argile n'a plus d'effet
L'hydratation
Le cheval boit entre 30 à 50 litres d'eau par jour. Cette quantité peut doubler en cas d'effort physique important.

Après un effort important, il est préconisé de suivre l’hydratation de votre cheval. Ayant transpiré, il a perdu des minéraux. Pour l’aider à se réhydrater et à regagner en minéraux après un effort, vous pouvez lui donner des électrolytes sous forme liquide ou en poudre, ou mettre une pierre à sel à sa disposition. Nous vous conseillons de vous rapprocher de votre vétérinaire pour avoir plus d’informations pour votre cheval.

En bonus !

Le lendemain d’un effort physique vous pouvez continuer la récupération de votre cheval en le marchant ou en le mettant au paddock ou au pré. Cela lui permettra d’éliminer le reste des toxines et donc de ne pas avoir de courbatures.